Acheter un bateau d’occasion : les contrôles des voiles et du gréement

Après la mécanique, l’électricité ainsi que l’électronique, la voilure devrait aussi être vérifiée lorsque vous achetez un bateau d’occasion. Il y aura quelques points à voir de près sur les voiles et le gréement du navire. Voici un aperçu de ce qu’il faut checker.

Voir la qualité de la couture des voiles

L’idéal serait de confier la vérification à un maître voilier. Il aura littéralement à vérifier la voile sous toutes ses coutures. Il est possible d’avoir du fil vieilli par les éléments, notamment par les rayons ultraviolets. Lorsque cela se présente, demandez-vous s’il faut remplacer toute la voilure ou vous contenter de refaire la couture. A titre de référence, le coût d’un jeu de voile atteint allègrement 50 000 euros. C’est une raison de plus bien vérifier la qualité.

Se pencher sur le tissu utilisé pour la voilure

Pour connaître si la voilure est encore bonne, il faut se focaliser sur la qualité du tissu. Actuellement deux matières sont utilisées pour les navires à voiles modernes. Aux côtés du tissu épais, une toile en membrane est aussi couramment employée. Dans les deux cas, il faut s’assurer que les panneaux puissent se réparer. Cette opération sera pratiquement impossible s’ils sont décollés. Le changement de bande anti-ultraviolet sera aussi à envisager.

La vétusté du gréement sera à prendre en compte

Le gréement se compose de pièces qu’il faut changer une fois usées. Ce sont en quelque sorte des consommables avec une durée de vie limitée. Normalement, cette longévité est de 5 à 10 ans. Ce sera le cas pour le hauban, l’étai ainsi que d’autres gréements dormants. Alors, autant que possible, il vaut mieux reconnaître un gréement en fin de vie. Certains fabricants facilitent la tâche aux propriétaires du bateau en indiquant la date de sortie d’usine du cordage sur une extrémité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *